A propos du don d’ovocytes en France

Il s’agit d’un synopsis et de quelques références récentes sur internet.

I-                    La pénurie des donneuses d’ovocytes

I-a)  en trois chiffres :

-          autour de 300 donneuses d’ovocytes par an en France, c’est un recrutement inférieur à celui d’un seul centre d’activité moyenne en Espagne (4)

-           2000 à 3000 demandeurs nouveaux par an en France, c’est un chiffre bas qui ne tient pas compte de la réalité du nomadisme procréatif, le besoin serait de 5000 à 10000  cas annuels (1)

-           2/3 à 3/4 des couples demandeurs partent à l’étranger(3)

 

I-b)  les facteurs liés à la législation

-          l’antécédent de maternité pour la donneuse d’ovocytes est le facteur qui a le plus d’impact sur la législation.  Ce dogme est lié au poids historique de l’organisation du don de sperme en France par le fondateur des CECOS, s’inspirant légitimement  à l’époque,  du don de sang pour les trois principes éthiques d’anonymat, de gratuité et de solidarité. Afin de renforcer l’éthicité du don de spermatozoïdes, l’idée fut d’assurer le couple receveur du fait que le donneur était fécond et que s’il avait déjà un enfant, il ne serait pas amené à fantasmer sur un enfant hypothétique, issu de son propre don. Cependant, grâce à la fécondation in vitro, il est démontré depuis plus de vingt ans  que l’effet de l’âge du tiers donneur est beaucoup plus précocément délétère pour l’ovocyte que pour le spermatozoïde.  Pour reprendre le regretté Jean Bernard, fondateur du CCNE, tout ce qui n’est pas scientifique n’est pas éthique. En fait, la levée de cet amalgame entre don de spermatozoïdes et don d’ovocytes s’impose pour des raisons scientifiques, médicales, éthiques et juridiques. Lever cette obligation augmenterait très significativement le nombre de donneuses disponibles (charges familiales de potentielles donneuses qui sont mères de jeunes enfants . . . ), diminuerait l’âge moyen (ovocytaire) des donneuses et par voie de conséquence améliorerait les résultats pour les receveuses et donc  réduirait le nombre nécessaire de donneuses pour notre pays. Paul Barrière (1) comme tant d’autres s’interroge sur le caractère absolu d’un tel dogme qui n’est retenu par aucun pays en dehors de la Russie.

-          L’activité de don d’ovocytes est réservée en France aux établissements de santé et aux organismes publics et privés à but non lucratif comme pour le don de spermatozoïdes, par le biais du même amalgame. La pénurie n’est pourtant pas la même !  L’exclusion du secteur privé relève-t-elle aussi d’un dogme absolu, privant le don d’ovocytes en France de quelques équipes dévouées qui seraient, de toute façon, soumises à une charte commune sous contrôle ministériel (ABM) ? Leur proximité d’un nombre important de donneuses faciliterait considérablement le don (proximité géographique de la domiciliation des donneuses  mais aussi réseaux de maternités, 2/3 de l’activité nationale d’AMP homologue comme sources de donneuses) (1), (2) et (3).

 

     

 I-c) les dysfonctionnements 

Ils sont multiples et concernent les différents acteurs :

-          Les professionnels qui, par manque de moyens, se démotivent  et choisissent la facilité d’orienter les couples vers l’étranger  dont certaines équipes européennes ne manquent pas, elles-mêmes, d’atouts pour les convaincre.

 

-          Les campagnes pour le don d’ovocytes (deux en 25 ans d’activité) sont les parents pauvres voir abandonnés au sein des autres campagnes de dons : sang, moelle osseuse, organes : déconsidération par peur des « amalgames » ? par crainte de campagnes de presse hostiles ? considérations financières en faveur d’autres priorités ? autant de raisons, parmi d’autres, susceptibles  d’expliquer le manque de considération pour les donneuses à tous les niveaux

 

-          Les freins ministériels pour autoriser la vitrification ovocytaire (congélation rapide) qui a largement fait ses preuves en Europe, au Japon, en Australie et aux Etats Unis. Elle permettrait pourtant une utilisation plus rationnelle et plus économe des ovocytes donnés.

 

-          Le défaut de prise en charge financière des soins propres à la donneuse d’ovocytes. Elle relève aujourd’hui des missions d’intérêt général, très inégalitaires d’une région à l’autre et dépourvues de fléchage. Un forfait unique établi par l’assurance maladie au même titre de ce qui existe pour le don de spermatozoïdes  mérite réflexion. A titre d’exemple, les CECOS perçoivent un forfait de 50 euros par paillette de sperme utilisée ; à raison d’une moyenne de 57 paillettes par donneur, l’utilisation de toutes les paillettes conduit à un forfait par donneur de 2880 euros. Alors que la donneuse d’ovocytes relève d’une prise en charge médicale bien plus lourde (traitement hormonal, monitorage de l’ovulation et ponction ovocytaire), si cette même somme était allouée à l’équipe pour la prise en charge de chaque donneuse, l’ensemble des problèmes de moyens serait résolu.    

II-                  Le nomadisme procréatif des couples receveurs 

-          ses conséquences  sur les donneuses.  Les équipes étrangères ne manquent pas d’encourager  les couples candidats français à leur recruter  des donneuses, répondant à leurs critères de sélection : ce qui, dans une certaine mesure, détourne des donneuses susceptibles de réaliser leur don en France. Ce chiffre est bien sur difficile à évaluer, mais surement pas négligeable au regard du nombre de dons réalisés dans les pays européens qui nous entourent et pour qui le don n’est ni anonyme ni gratuit (4).

 

-          les facteurs liés à la directive européenne sur la libre circulation. Une jurisprudence européenne condamnant l’entrave à la libre circulation des personnes, des services et des biens et plus particulièrement des soins de santé non prodigués dans des délais raisonnables est corrélée avec la prise en charge par l’Assurance maladie française, pour certains couples se déplaçant dans un pays européen en vue d’un don d’ovocytes. L’aide financière s’élève habituellement à 1500 euros, ce qui, malheureusement, n’est pas le cas pour les couples cotisants et traités par nos équipes. De plus, il est également mentionné dans la même directive, le devoir d’autosuffisance des pays en matière de soins et de santé   

 

-          les enjeux éthiques sont de supprimer les inégalités que provoque l’état actuel des pratiques tout en respectant les grands principes éthiques inscrits dans le code civil et le CSP, au regard du don. Parmi les inégalités : la médecine à deux vitesses entre ceux qui passent les frontières et ceux qui restent en France, inégalité de la prise en charge financière des soins et des équipes d’une région sur l’autre, inégalité  pour les receveurs de la priorisation pratiquée par la majorité des équipes françaises en activité, inégalité pour les équipes entre secteur public et secteur privé dont certaines bonnes volontés  se voient refuser légalement l’accès au don d’ovocytes dans des conditions identiques au secteur public . . .

 

III-                Les suggestions prioritaires :

-          relevant du droit national : reconnaissance des spécificités du don d’ovocytes par rapport aux autres dons, notamment de spermatozoïdes par la suppression de l’antécédent de maternité pour les donneuses et l’ouverture au secteur privé ; maintien de l’anonymat des donneuses d’ovocytes dont la levée accroitrait dramatiquement la pénurie comme ce fut le cas au Royaume Uni.

-          relevant des pratiques en cours : reconnaissance de la vitrification ovocytaire au même titre que la congélation des spermatozoïdes par les instances ministérielles concernées, ainsi que des spécificités du don d’ovocytes par rapport aux autres dons, notamment de spermatozoïdes 

-          relevant de la prise en charge des donneuses : forfait unique de soins de la donneuse d’ovocytes pour les équipes autorisées, mesures de prise en considération des donneuses (libre choix de l’équipe qui la prendra en charge, reconnaissance et facilitation de la procédure de prise en charge) ; maintien du principe de la gratuité du don.

 

Références récentes sur internet : 

(1) sur le site amp-france.com (Onglet « Action prioritaires » / « révision de la loi ») : 

Colloque à l’Assemblée nationale du 7 avril 2010, réunissant pour la première fois parlementaires, institutionnels et professionnels à propos du don d’ovocytes

http://amp-france.com/index.php?option=com_content&view=article&id=25&Itemid=32*

(2) sur le site  amp-France.com :

résolution 3 du SCPFIV à propos du don d’ovocytes : ce texte fait suite au débat sur le don d’ovocytes cité en référence ci-dessus

(3) sur le blog jacques-montagut.fr :

Rubrique « Evènements récents » : la vidéo de l’audition de Jacques Montagut le 25 mars 2009, à l’Assemblée Nationale, dans le cadre de la Mission d’information de révision des lois bioéthiques

(4) sur le site du quotidien espagnol  « El Mundo »Un article qui apporte des informations intéressantes sur le don d’ovocytes en Espagne, les raisons  qui en font le pays à la plus grande activité de don d’ovocytes tant côté donneuses que côté receveuses http://www.elmundo.es/elmundosalud/2010/11/05/mujer/1288951453.html

40 Commentaires - »

  1. Valérie BARRES dit,

    Ecrire sur avril 11, 2011 @ 18 h 29 min

    J’ai accouchĂ© en 2010 d’un petit garçon, grâce Ă  un don d’ovocyte en France. Après 14 ans de tentatives fiv…
    J’administre un forum qui traite du don de gamètes. En effet, sur nos milliers de membres, (160 donneuses, 600 couples receveurs)je dirais qu’au moins 550 couples receveurs choisissent les cliniques Ă©trangères. Évidement pas par choix financier, mais les dĂ©lais d’attente si longs en France, le cruel manque de donneuse, fait que finalement, ce choix s’impose.
    Les donneuses sur notre forum ont quelque fois des problèmes de remboursement, par exemple sur les prises de sang, la nuit d’hospitalisation pour les AG… Ajoutez celĂ  Ă  la lourdeur du traitement, plus d’une se dĂ©couragent…
    Vraiment, il faut faciliter la prise en charge des donneuses et l’unifier dans toute la France.

    Merci de m’avoir lu.

  2. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur avril 29, 2011 @ 10 h 01 min

    Je vous remercie de votre commentaire. Nous pratiquons Ă  Toulouse le don d’ovocytes depuis 1986 dans le cadre d’un organisme privĂ© Ă  but non lucratif. Nous pensons que la pĂ©nurie de donneuses est liĂ©e Ă  diffĂ©rentes contraintes de la loi comme le dĂ©faut de prise en charge des soins des donneuses par un forfait de la sĂ©curitĂ© sociale et l’absence d’ouverture Ă  quelques Ă©quipes du secteur privĂ© qui, soumises aux mĂŞmes règles que celles du secteur public, pourraient faciliter le recrutement et la prise en charge des donneuses. Un amendement de la loi est prĂ©vu dans ce sens pour fin mai Ă  l’AssemblĂ©e nationale, ce serait bien si vous pouviez le soutenir. Si vous ĂŞtes intĂ©ressĂ©e, j’ai rĂ©digĂ© une analyse du rĂ©cent rapport de l’IGAS (fevrier 2011) sur le don d’ovocytes en France . . . Bien Ă  vous . Jacques Montagut

  3. Valérie BARRES dit,

    Ecrire sur mai 7, 2011 @ 13 h 20 min

    Bien sûr. Comment puis je soutenir cet amendement ? Peut on le faire en ligne ?
    Je suis également très intéressée de lire votre dernière analyse.
    Je tiens aussi personnellement Ă  vous remercier. C’est vous, professeur Montagut, qui avait rĂ©alisĂ© le transfert d’embryons sur ma personne. Le docteur F de la clinique de L’Union, avait eu un empĂŞchement ce jour lĂ .
    La lumière de ma vie est arrivé pile 9 mois plus tard.

    Cordialement
    Valérie Barrès

  4. séverine busi dit,

    Ecrire sur mai 22, 2011 @ 14 h 08 min

    Bonjour , effectivement je trouve votre projet fort interessant ….. Bien que “hors jeu” je suis maman adoptive de jumeaux qui ont 4 ans donc pour nous tout ca est derriere nous mais comme le dit VALERIE le dĂ©lai d’attente pour bĂ©nĂ©ficier d’un don en france est si long que tout doit ĂŞtre mis en oeuvre pour aider les “donneuses” a faire ce magnifique geste .

  5. Lili dit,

    Ecrire sur mai 22, 2011 @ 17 h 51 min

    ExposĂ©e au Distilbène, je fais partie de celle pour qui porter un enfant biologique n’Ă©tait pas possible, car le DES a dĂ©tĂ©riorĂ© mes ovaires. Et en France, avoir recours au don, trop long, trop difficile, donc pour moi dĂ©part Ă  l’Ă©tranger, avec le coĂ»t financier que ca engendre. 4 tentatives, 4 Ă©checs. Plus les moyens de repartir, la France, trop long, limite d’âge… Le rĂ©sultat : une vie sans enfant.
    Des femmes comme ValĂ©rie qui sont mamans grâce au cadeau fait par une fĂ©e Ă©trangère (Grèce, Espagne CrĂŞte,…) j’en connais des dizaines. Personnellement j’ai dans l’idĂ©e de faire un site de tĂ©moignage de femmes fĂ©e ou receveuses pour que de don soit connu, et que de futures fĂ©es puissent se dĂ©couvrir. C’est juste une question de temps.

    Je fais passer le lien de votre blog auprès d’association qui sont pour le don d’ovocytes, et auprès des associations Distilbène.

    Lili

  6. séverine busi dit,

    Ecrire sur mai 22, 2011 @ 19 h 23 min

    je prĂ©cise que j’ai pris connaissance de votre analyse grace a valerie qui a mis le lien sur le forum “a l’ombre du figuier “

  7. GRUEL lucie-anne dit,

    Ecrire sur mai 22, 2011 @ 19 h 45 min

    j’ai donnĂ© Ă  2 reprises mes ovocytes Ă  la clinique de l’Union avec laquelle vous travaillez en partenariat, ma prise en charge par le docteur Favrin a Ă©tĂ© excellente, j’avais appelĂ© le cecos d’abord, 6 mois de dĂ©lais pour une donneuse pour un 1er rendez vous, c’est abusĂ© ! pour un 1er rendez vous avec vous cela a Ă©tĂ© beaucoup plus court, votre secrĂ©taire très conciliante pour regrouper mes rendez vous, la prise en charge au tire du 100 % stĂ©rilitĂ© m’a Ă©tĂ© proposĂ©e ce qui est loin d’ĂŞtre le cas dans les cecos par lequel bon nb de donneuses sont obligĂ©es de passer en France, toute votre Ă©quipe a Ă©tĂ© au top. J’ai recommandĂ© votre clinique Ă  une autre donneuse Ă©chaudĂ©e par le cecos toulousain, alors si pour ĂŞtre considĂ©rĂ©e il faut en passer par le privĂ© je souhaite pour les futures donneuses que l’autorisation soit Ă©tendue Ă  des cliniques comme la votre…
    bonne continuation

  8. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 10 h 15 min

    Je vous remercie de votre message de soutien

  9. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 10 h 22 min

    Je vous remercie de votre tĂ©moignage et de votre aide. Souhaitons qu’une prise de conscience de nos dĂ©cideurs politiques change les choses et permette Ă  toutes les Ă©quipes de bonne volontĂ©, publiques et aussi privĂ©es, de prendre en charge les couples dans notre pays dit des droits de l’homme : la deuxième lecture de la loi de bioĂ©thique dĂ©bute demain Ă  l’AssemblĂ©e nationale. Jacques Montagut

  10. Sandrine dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 13 h 32 min

    Bonjour,

    Je suis pour une action de don en privĂ© ou autre que Cecos, nous faisons 420 km aller-retour pour notre dossier car prĂ©s de chez nous (dossier trop compliquĂ©, refusĂ© au cecos), puis la clinique n’a pas le droit de pratiquer le don embryon ou ovocyte, donc grand hopital unniversitaire mais loin !!

    Je pense qu’il faudrait aussi indemniser les donneuses, cela arrangerait peut-ĂŞtre le manque de don, je sais qu’en France tout don doit ĂŞtre anonyme et gratuit mais cela n’est-il pas un frein aussi car le don n’est pas Ă©vident en soit !!

    Je suis venu sur votre blog via Valérie Barrés

    Merci Ă  vous
    Cordialement
    Sandrine

  11. Christine C dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 16 h 55 min

    J’ai Ă©galement eu connaissance de ce blog grâce Ă  ValĂ©rie. Je suis une ancienne donneuse, j’ai fait deux dons dans deux cecos diffĂ©rents de la rĂ©gion parisienne.
    Avant de faire ces dons j’Ă©tais totalement contre la rĂ©munĂ©ration et mĂŞme l’indemnisation des donneuses. Au bout de deux dons je suis forçée de constater que mĂŞme si en thĂ©orie le cecos prend tout en charge la donneuse met forcĂ©ment la main au portefeuille Ă  un moment ou un autre. D’abord pour les dĂ©placements au cecos, entre les rendez vous avant le don, les rendez vous de contrĂ´le et la ponction il faut compter près d’une dizaine d’aller-retour Ă  7euros en ce qui me concerne, ça monte vite.

  12. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 17 h 52 min

    Je pense qu’aujourd’hui, les Ă©quipes doivent prendre en charge les frais de transport. C’est ce que nous faisons comme bien d’autres : c’est la moindre des choses. En fait il faut qu’un forfait unitaire de prise en charge soit accordĂ© pour chaque donneuse. C’est bien lĂ  “notre combat”.
    Merci de votre intervention.

  13. Christine C dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 19 h 08 min

    Ensuite il y a les actes mĂ©dicaux : frottis, prise de sang, mammographie, personellement on ne m’a jamais fait de 100%, donc heureusement que j’avais une mutuelle. Cependant il faut avancer les frais et tout n’est pas forcĂ©ment intĂ©gralement remboursĂ©. J’en ai eu pour environ 40 euros d’AMH (on m’a proposĂ© lors de mon rendez vous de faire cette prise de sang au cecos mais il fallait revenir un autre jour juste pour ça et on ne m’a pas prĂ©venu que ce n’Ă©tait pris en charge ni par la sĂ©cu ni par la mutuelle).
    Il faut Ă©galement prendre en considĂ©ration que pour faire son don la donneuse va devoir prendre des jours de congĂ©, comme on ne connait pas Ă  l’avance les dates des controles il faut prendre une semaine entière et payer la nounou les jours des contrĂ´les. Pour la ponction on vous propose en gĂ©nĂ©ral un arrĂŞt maladie d’un ou deux jours sauf que dans le secteur privĂ© ça Ă©quivaut Ă  une perte de salaire.
    Ce sont de petites dĂ©penses mais mises bout Ă  bout ça finit par compter. J’ai vu comment ça se passait pour mon premier don ça ne m’a pas empĂŞchĂ© d’en faire un second, cela dit je pense que ça freine forcĂ©ment les donneuses qui ont un budget serrĂ© et c’est bien dommage.
    Je suis toujours contre la rémunération du don, mais une indemnisation de 150-200 euros payerait les frais des donneuses.

    Pour la levĂ©e de la règle selon laquelle la donneuse doit ĂŞtre mère j’avoue ĂŞtre partagĂ©e. D’abord je pense Ă  ce que ressentirait une ancienne donneuse si quelques mois-annĂ©es après son don un accident ou une maladie l’empĂŞchait de devenir mère. De plus, je trouve que ne sĂ©lectionner que des donneuses dĂ©jĂ  mère c’est plus “sain qu’un point de vue psychologique”. La donneuse a ses propres enfants elle n’est pas tentĂ©e de fantasmer sur les enfants Ă©ventuellement nĂ©s grâce Ă  son don. Ca rassure aussi les couples receveurs de savoir que la donneuse ne sera pas tentĂ© de s’interesser Ă  leur enfant. Enfin, je suis persuadĂ©e que c’est le fait d’ĂŞtre mère qui m’a donnĂ© envie de faire ce don. On fait un don d’ovocytes par sollidaritĂ© certes, mais c’est surtout une question d’empathie, on imagine la souffrance des couples sans enfant parce que nous on vit quoditiennement le bonheur d’ĂŞtre parents. On rĂ©alise en devenant mère la chance qu’on a et on est prĂŞte Ă  s’investir pour aider une autre femme Ă  devenir maman. Est ce que une femme sans enfant aurait la mĂŞme motivation pour donner ? J’en suis pas sure, surtout qu’en France les dĂ©marches sont longues (j’ai mis 6 mois pour faire mon premier don, 5 pour le second) et que rien n’est fait pour faciliter la vie des donneuses. Vous me direz que les donneuses espagnoles ne sont pas mères et qu’il y a lĂ  bas 16 000 dons par an. Certes, mais la motivation est toute autre : les donneuses espagnoles sont rĂ©munĂ©rĂ©es. Elles ne le font probablement pas que pour l’argent, elles sont heureuses d’aider, cela dit si en Espagne une donneuse devait galĂ©rer 5-6 mois pour faire un don et qu’au final elle en soit de sa poche il n’y aurait certainement pas 16 000 Ă©tudiantes donnant leurs ovocytes par an. J’ai donc du mal Ă  imaginer qu’on supprime cette condition en France.
    Ca servirait certainement Ă  augmenter le nombre de donneuses, mais probablement pas assez pour pallier la pĂ©nurie. A mon sens il y a suffisamment de mères de famille de moins de 36-38 ans potentiellement donneuse en France pour aider les couples qui en ont besoin, il n’y a pas Ă  solliciter les jeunes femmes qui ne sont pas encore mère. Pour moi s’il y a une telle pĂ©nurie de donneuses c’est que le don est largement mĂ©connu en France (quand j’en avais parlĂ© Ă  mon employeur et Ă  mes collègue qui travaillent dans un labo d’analyses mĂ©dicales, ils ne savaient pas que le don Ă©tait exclusivement anonyme en France et ont demandĂ© si ça se faisait par coeloscopie). Pour qu’une mère de famille fasse la dĂ©marche de donner ses ovocytes il faudrait dĂ©jĂ  qu’elle sache que ça existe! En Espagne, la population est bien mieux informĂ©e sur le don d’ovocytes que nous ne le sommes. La dernière camapgne d’information est largement passĂ©e inaperçue. Autre problème : rien n’est fait pour faciliter la vie les volontaires. Peu de cecos, donc pour certaines de longs trajets pour faire un don, des frais, des dĂ©marches longues qui n’aboutiront pas forcĂ©ment (beaucoup de donneuses potentielles sont refusĂ©es)… En plus, le personnel des cecos est loin d’ĂŞtre toujours avenant (j’ose pas imaginer comment ils traitent les couples receveurs), dans certains cecos on vous fait attendre 4 mois pour avoir un premier rendez vous, on oublie de vous rappeler, quand on n’Ă©gare pas votre dossier (ça m’est arrivĂ© deux fois, heureusement vite retrouvĂ©), on vous reçoit Ă  votre rendez vous avec deux de retard et je suis dĂ©solĂ© de le dire, mais pour l’avoir vĂ©cu le suivie post don en cas de problème est complètement nul dans certains cecos. Ce qui m’a aussi beaucoup gĂŞnĂ© c’est que certains professionnels de santĂ© des cecos (pas tous heureusement) m’ont donnĂ© l’impression qu’ils n’avaient pas foi en ce qu’ils faisaient. J’ai vu une gynĂ©co qui a tentĂ© de me faire peur en me parlant des risques (c’est normal de parler des risques, mais il y a la façon de le faire). On est aussi souvent confrontĂ© Ă  l’incrĂ©dulitĂ© : le personnel semble Ă©tonnĂ© qu’on veuille faire un don. Quand vous dites lors de votre premier don que si ça se passe bien, on ne vous encourage pas, on vous rit plutĂ´t au nez. La fameuse gynĂ©co que j’ai vu lors de mon second don Ă©tait tout Ă©tonnĂ© que je veuille donner une seconde fois, j’ai eu l’impression d’ĂŞtre une extra terrestre, elle m’a mĂŞme dit deux fois au cours de la consultation “après celui-lĂ  c’est bon vous n’en faites plus, hein ?”. Il y a tout un ensemble de petits Ă©lĂ©ments qui semblent fait pour dĂ©courager les donneuses. Ou alors c’est volontaire et c’est fait pour tester leur motivation, je me suis souvent posĂ©e la question. Par exemple pour mon second don la sage femme qui m’a reçu a commencĂ© par m’annoncer un dĂ©lai de 7 mois pour donner au final ça n’a pris “que” 5mois. En bref, il y a beaucoup de travail Ă  faire pour amĂ©liorer les choses. D’ailleurs d’après les tĂ©moignages d’autres donneuses sur le forum de ValĂ©rie je constate beaucoup d’inĂ©galitĂ© tant dans le traitement des donneuses que des receveuses. A Bordeaux, les donneuses ont des rendez vous rapidemente et entre le prmeier rendez vous et la ponction il ne s’Ă©coule que 3-4mois. Ceratins cecos remboursent facilement les dĂ©placement selon les barèmes kilomètriques avec d’autres il n’en pas question…Certains cecos favorisent les couples qui amène une donneuse, d’autres non. Et les dĂ©lais que ce soit avec ou sans donneuse varient Ă©normĂ©ment d’un cecos Ă  l’autre. Sachant qu’Ă  43ans vous ĂŞtes hors course en France ces dĂ©lais sont d’autant plus important. En gros dans certains cecos les chances d’ĂŞtres mères sont beaucoup plus rĂ©duites. Toutes ces inĂ©galitĂ©s sont injustes, il faudrait que les lĂ©gislateur se penchent sur cesquestions.

  14. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 19 h 09 min

    Je vous remercie pour votre analyse très pertinente et votre tĂ©moignage si riche d’enseignements.
    Nous sommes nombreux Ă  nous battre pour un forfait unique de prise en charge des soins de la donneuse Ă  100% par l’assutance maladie, comme c’est le cas dans d’autres dons.
    Bonsoir. Il est pour le moins lĂ©gitime que tous les frais de la donneuse, sur justificatifs bien sur, puissent ĂŞtre Ă  la charge de l’Ă©quipe.
    Pour l’accès du don d’ovocytes aux femmes qui n’ont pas eu d’enfants, je partage votre point de vue. Cependant, donner une cohorte folliculaire ne rend pas infertile, comme j’ai pu l’entendre de la voix de certains parlementaires. La cohorte donnĂ©e n’aurait de toute façon pas servie. De plus, dès l’instant oĂą le don est gratuit, il est mal compris par ces donneuses d’ĂŞtre refusĂ©es au prĂ©texte qu’elles n’ont pas encore fait leur choix de vie d’avoir un enfant. La question est complexe. . .
    Enfin, j’ai envie tout simplement de vous fĂ©liciter et de vous remercier de votre gĂ©nĂ©rositĂ©. J’ai vraiment de l’admiration pour toutes les donneuses qui viennent chez nous, je sais le bonheur qu’elles peuvent apporter Ă  celles et ceux qui souffrent et qui attendent . . . La solidaritĂ© est une des grandes valeurs Ă©thiques dans notre pays. Bien sincèrement Ă  vous

  15. Cynthia dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 19 h 22 min

    Bonjour,

    J’ai dĂ©couvert Ă©galement votre blog et votre analyse sur le forum de ValĂ©rie.
    J’espère que vous serez entendu. Il me parait en effet indispensable d’Ă©largir les structures oĂą le don est possible. Q’une donneuse doive faire 200 km pour donner est aberrant. Sachant qui plus est que bien souvent, elle n’a pas de compensation car il est très dur d’avoir des interlocuteurs dans de grandes structures hospitalières, je suis totalement pour la permission aux cliniques de gĂ©rer les dons d’ovocytes.
    Il faudrait Ă©galement une meilleure information, car Ă  moins d’avoir des proches concernĂ©s (et ceux-ci ne parlent pas toujours…), c’est quelque chose d’inconnu. Nous entendons parler Ă  tout va de don de sang (mĂŞme par texto), de don d’organe, de moelle. Tout cela est très bien, mais le don de gamète est le parent pauvre du don.
    J’ai entendu parler du don, par hasard, sur un forum de mamans et si j’avais connu ça plus tĂ´t, j’aurais donnĂ© bien avant.
    Je fais partie des donneuses “nomades” comme vous dites, le couple que j’ai choisi de parrainer, n’avait “plus que” 2 ans de tentatives en France lorsque nous nous sommes rencontrĂ©s. Après mon RDV au CECOS, ce dernier leur a annoncĂ© que mĂŞme avec mon don, ils n’auraient jamais de FIVDO en France… j’ai donc suivi en Belgique après avoir commencĂ© des dĂ©marches en France, alors que j’aurais bien sĂ»r prĂ©fĂ©rer donner près de chez moi.
    Je vous approuve sans rĂ©serve Ă©galement pour la vitrification des ovocytes, il me paraĂ®trait mĂŞme utile d’en conserver quelques uns en cas de donneuse sans enfant pour son propre usage si malheureusement elle n’arrivait pas Ă  avoir d’enfants quelques annĂ©es après son don (et les remettre bien entendu dans le circuit du don en cas de grossesse “naturelle” de la donneuse.

    Cordialement

  16. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 19 h 24 min

    Vous avez parfaitement raison, on ne communique pas assez sur le don d’ovocytes.
    L’Agence de la biomĂ©decine rĂ©flĂ©chit Ă  une campagne de promotion et non plus de simple information.
    Ce serait alors une première en France !
    Nous professionnels, nous n’avons pas le droit de mener de telles campagnes.
    Votre forum est de grande qualité, continuez ! Merci + + +

  17. Magali E dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 20 h 04 min

    Bonjour, j’ai 26 ans et en insuffisance ovarienne. Je suis pourtant tombĂ© enceinte naturellement fin 2006 mais notre fils est dĂ©cĂ©dĂ© Ă  26 semaines de grossesse.
    En plus de faire face Ă  nos histoires, il faut en plus supporter l’indiffĂ©rence de notre sociĂ©tĂ©, de notre gouvernement sur ces sujets tabou.
    Ma meilleure amie a Ă©tĂ© extrĂŞmement déçue de ne pouvoir donnĂ© car elle n’avait pas encore d’enfant, mĂŞme chose pour une jeune secrĂ©taire au CHU quand j’ai apportĂ© mes dĂ©pliants sur le don d’ovocytes. C’est le seul moyen que nous avons pour informer les potentielles donneuses mais mĂŞme en pharmacie les dĂ©pliants ne restent pas très longtemps!
    Leur cheminement vers un Ă©ventuel don commence par l’information qu’il n’y a malheureusement pas en France!
    Merci de votre dévouement fasse à ce sujet.

  18. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 20 h 06 min

    C’est moi qui vous remercie de votre tĂ©moignage. Ma rĂ©ponse est contenue dans celles que je viens de faire Ă  Christine et Ă  Cynthia.
    Le don d’ovocytes est une vĂ©ritable cause nationale.

  19. Valérie Barrès dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 20 h 12 min

    Bonjour
    Comme convenu, votre analize a été posté sur notre forum. Je vois déjà, aux lectures de ces commentaires, de bon retours.
    Professeur, que pouvons nous faire d’autre pour soutenir l’ amendement de la loi est prĂ©vu fin mai Ă  l’AssemblĂ©e nationale ?
    Bien Ă  vous
    Valérie

  20. Samantha dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 20 h 55 min

    J’ai eu connaissance de votre blog grâce Ă  ValĂ©rie.
    Petite fille Distilbène, en prĂ©-mĂ©nopause prĂ©coce, j’ai eu la chance de pouvoir ĂŞtre maman une première fois grâce Ă  une ICSI en cycle spontanĂ© après 10 tentatives infructueuses. Suite Ă  cette dernière tentative qui m’a permis d’avoir une petite fille, une petite fĂ©e française m’a permis d’ĂŞtre maman une seconde et troisième fois, j’ai eu des jumeaux (fille et garçon).
    Je suis pour aussi l’accès au don d’ovocytes dans le privĂ©. Si cela peut faire avancer les choses pour les couples en attente c’est tout ce qui compte. Les Cecos ne sont pas nombreux, les dĂ©lais d’attente pour les 1ers rendez-vous peuvent ĂŞtre longs Ă  cause des mĂ©decins surbookĂ©s (parfois 6 mois d’attente rien que pour rencontrer une 1ère fois le mĂ©decin qui s’occupe des dons), et on sait dans cette dĂ©marche du don combien le temps joue contre nous.
    Ce qui est regrettable c’est le manque d’intĂ©rĂŞt des mĂ©dias pour le don de gamètes. Cela commence un peu Ă  bouger mais c’est vraiment Ă  nous les receveuses de toujours nous “battre” pour faire connaĂ®tre le don d’ovocytesn motiver l’entourage familial ou amical… et on sait combien parler de ces choses intimes peuvent ĂŞtre difficiles pour certains… J’ai des personnes autour de moi qui ont regrettĂ© de ne pouvoir donner faute d’en avoir eu connaissance plus tĂ´t que ce type de don existait et qui sont maintenant trop “vieilles” pour faire ce geste qui change toute une vie.
    Je suis pour aussi une indemnisation des donneuses quel qu’en soit la forme. La dĂ©marche du don n’est pas anodine mĂŞme si la donneuse sait pourquoi elle le fait et reste motivĂ©e dans son souhait de faire ce geste. Traitement, monitoring, ponction, trajets… on ne peut pas dire que c’est anodin. C’est prendre du temps sur sa vie personnelle, parfois professionnelle. C’est faire don de soi. Et mĂŞme si dans le don on entend par lĂ  un geste gratuit sans Ă©change en retour… peut ĂŞtre que pour certaines de savoir qu’elles pourraient ĂŞtre indemnisĂ©es pour leur geste comme cela se fait parfois ailleurs cela pourrait les aider Ă  franchir le pas.
    J’espère que vous serez entendu. Toujours est-il merci de ce que vous faĂ®tes.
    Sam

  21. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur mai 23, 2011 @ 21 h 01 min

    Je vis au quotidien la difficultĂ© de vos parcours. C’est pour celĂ  qu’il est grand temps que gouvernement et lĂ©gislateurs permettent que toutes les bonnes volontĂ©s se mobilisent sans discrimination “public-privĂ© “. Continuons Ă  agir ensemble et Ă  bien observer ceux qui bloquent le système. Merci de votre tĂ©moignage !

  22. Audrey dit,

    Ecrire sur mai 25, 2011 @ 8 h 05 min

    Bonjour,

    Je viens aujourd’hui sur votre blog grâce au lien que ValĂ©rie a mis sur le forum.
    Je suis maman de jumeaux de 1 an grâce Ă  un don d’ovocytes en Grèce …. Les dysfonctionnements et les lenteurs du système français ont eu raison de moi.
    Suite Ă  ma stĂ©rilitĂ©, je suis allĂ©e dans un 1er Cecos oĂą on m’a directement dit d’aller Ă  l’Ă©tranger. On a quand mĂŞme regardĂ© mon dossier qui a Ă©tĂ© refusĂ© car je n’avais pas de donneuse Ă  leur proposer !!!!!
    Par la suite, j’ai eu l’Ă©norme chance de faire la connaissance d’une très belle personne qui a dĂ©cidĂ© de nous aider dans notre quĂŞte d’enfants. Nous nous sommes dirigĂ©es vers un nouveau Cecos. Mais il nous a fallu tout de mĂŞme patienter 2 ans avant d’avoir notre 1ere tentative qui malheureusement s’est soldĂ©e par un Ă©chec. On me redemandait d’attendre encore 2 ans avant une nouvelle tentative, mais je ne m’en sentais plus la force ni le courage et nous avons pris la dĂ©cision de partir Ă  l’Ă©tranger, oĂą le rĂ©sultat a Ă©tĂ© positif au 1er essai.
    MĂŞme si la Grèce a fait mon bonheur, j’avoue que j’aurais grandement prĂ©fĂ©rĂ© que ma participation financière aille dans un centre ou Ă  une donneuse française.

    J’espère que votre action et votre combat seront Ă©coutĂ©s afin de faciliter le don d’ovocytes en France.
    Merci pour ce que vous faites.

  23. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur mai 25, 2011 @ 10 h 06 min

    Merci. Je n’ai pas d’opposition de principe sur le don d’ovocytes Ă  l’Ă©tranger. Ce qui me prĂ©occupe n’est pas tant ce qui est fait chez les autres que ce qui n’est pas fait chez nous. Vous me comprenez, je le sens bien Ă  travers votre tĂ©moignage.

  24. Sophie dit,

    Ecrire sur mai 26, 2011 @ 9 h 31 min

    je suis maman d’un petit garçon de 3 mois nĂ© grace Ă  un don d’ovocytes en Espagne…
    Pour nous pas de FIV avant directement le DO…En france, nous avons attendu 3,5ans avant d’avoir un don puis on nous a fermĂ© la porte au nez au bout de 2 dons nĂ©gatif et on nous a dit qu’il fallait partir Ă  l’Ă©tranger.
    nous avons prĂ©sentĂ© 6 potentielles donneuses, nous avons Ă©galement des personnes qui n’ont jamais eu d’enfants qui se propose Ă  ĂŞtre donneuse sauf que la loi le leur interdit.
    Une amie s’est tournĂ©e vers l’espagne pour rĂ©aliser un don qui lui Ă©tait interdit en France
    je dis OUI Ă  l’indemnisation des donneuses Ă  la suppression de l’antĂ©cĂ©dent de maternitĂ© pour les donneuses et Ă  la vitrification

  25. LaetitiaB dit,

    Ecrire sur mai 30, 2011 @ 17 h 31 min

    j’ai Ă©galement fait un don et comme le dit christine … la donneuse met forcĂ©ment la main Ă  la poche. j’ai fait un don dans un cecos qui ne m’a mĂŞme pas remboursĂ© les frais de transport … alors moi aussi je criais au scandale quand on parlait de rĂ©munĂ©ration pour les donneuse. Mais, tout rĂ©flĂ©chi sans parler de rĂ©munĂ©ration il est clair qu’un remboursement systhĂ©matique et une prise en charge Ă  100% pour les exams sans avancer les frais seraient vraiment le minimum … mĂŞme si je sais que normalement c’est ce qu’il doit ĂŞtre fait … ce n’est pas encore le cas partout malheureusement …

    mais cela ne m’empĂŞchera pas de refaire un don … c’est une certitude …

    et puis … si cela peut permettre Ă  des femmes, Ă  des mamans … de donner un peu d’elle mĂŞme … pourquoi pas … les loies doivent Ă©voluer de toute façon …

    trop de familles sont dans l’attente … TROP de femmes veulent voir leur vie se remplir d’amour

  26. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur mai 31, 2011 @ 13 h 54 min

    Merci de votre message que je partage complètement.
    Dans les prochaines heures, une pĂ©tition nationale va ĂŞtre lancĂ©e pour que nos parlementaires qui sont dans la dernière ligne droite de la rĂ©vision de la loi de bioĂ©thique, prennent les dispositions pour que ne soient plus abandonnĂ©s des milliers de couples relevant du don d’ovocytes dans notre pays : autoriser la vitrification ovocytaire, supprimer l’antĂ©cĂ©dent de maternitĂ©, autoriser cette activitĂ© aux Ă©quipes FIV du secteur privĂ© pour davantage de moyens humains de proximitĂ©, prendre en charge sous la forme d’un forfait unique et transparent les soins et les frais inhĂ©rents aux donneuses.
    C’est le moment d’agir, après il sera trop tard !

  27. Claire dit,

    Ecrire sur juin 1, 2011 @ 13 h 57 min

    Bonjour,
    j’ai pu lire votre analyse suite Ă  l’hĂ©bergement sur le forum par ValĂ©rie Barrès.

    Je suis totalement pour le fait que les centres FIV privé puissent prendre en charge les dons de gamettes.

    J’habites LYON et j’ai du m’inscrire en tant que receveuse au cecos de Clermont-Ferrand. LYON ne souhaite plus gĂ©rer les dons d’ovocytes alors que je connais un centre FIV privĂ© qui souhaite vivement s’occuper de nous avec passion.

    Vivement le changement de la loi!

  28. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur juin 6, 2011 @ 17 h 33 min

    Je vois de qui vous parlez : une excellente Ă©quipe compĂ©tente et prĂŞte Ă  se dĂ©vouer au don d’ovocytes.
    C’est tout l’intĂ©rĂŞt de la pĂ©tition nationale pour sensibiliser ceux qui votent la loi de bioĂ©thique d’Ă©largir le nombre d’Ă©quipes susceptibles de prendre en charge le don d’ovocytes. Merci de votre soutien

  29. Valérie BARRES dit,

    Ecrire sur juin 6, 2011 @ 17 h 44 min

    Bonjour Professeur
    Que pouvez vous nous dire sur cette pétition ? comment la signer ? est -elle sur internet ?

  30. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur juin 6, 2011 @ 18 h 18 min

    Je vous rĂ©ponds prĂ©cisĂ©ment dès ce soir par mail, avec les liens internet de la pĂ©tition soit par face book soit sur le site du SCPFIV qui l’hĂ©berge.
    Un grand Merci pour votre soutien et pour nous aider à diffuser la pétition au plus grand nombre.

  31. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur juin 11, 2011 @ 16 h 15 min

    Je viens de mettre en ligne le communiquĂ© de presse de l’Agence internationale de presse mĂ©dicale qui rĂ©sume bien la situation parlementaire sur le sujet.
    Contre l’avis du gouvernement et contre celui de la commission spĂ©ciale des affaires sociales du sĂ©nat, un amendement portĂ© par la sĂ©natrice Marie ThĂ©rèse Hermange et un groupe de ses collègues du sĂ©nat a fait rejeter Ă  deux voix près, l’ouverture au secteur privĂ© du don d’ovocytes sans aucun argumentaire ni mĂ©dical ni scientifique mais plutĂ´t par un rejet systĂ©matisĂ© de toutes ces thĂ©rapies au nom de convictions religieuses qui bien que respectables en soi, ont nui Ă  la nĂ©cessaire sĂ©rĂ©nitĂ© du dĂ©bat pour des questions aussi complexes.
    C’est le moment d’exprimer notre volontĂ© de ne pas laisser au bord de la route ceux qui en souffrent, en signant et en faisant signer la pĂ©tition : amp-france.com
    Merci pour votre commentaire.

  32. Fariza dit,

    Ecrire sur juin 15, 2011 @ 9 h 51 min

    Bonjour
    J’ai mis le lien pour signer la pĂ©tition sur mon facbook et je l’ai diffusĂ© Ă  tout mon rĂ©seau.

    J’espère que la balance se penchera en notre faveur lors du prochain vote.

    ” Celui qui se bat peut perdre, et celui qui ne se bat pas a dĂ©jĂ  perdu”….
    … Alors battons-nous ! avant que se soit trop tard !!

    Avec toute mon admiration pour tout ce que vous faites pour donner la vie.

    Merci pour tout
    cordialement
    Fariza.

  33. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur juin 17, 2011 @ 12 h 08 min

    Votre encouragement me touche : s’il pouvait ĂŞtre compris par ceux qui entravent la prise en charge des couples stĂ©riles . . .
    Notre pays a besoin de toutes ses compĂ©tences pour les aider, les dĂ©cideurs qui s’y opposent pour des raisons qui n’ont rien Ă  voir avec la mĂ©decine, manquent Ă  leur responsabilitĂ© politique, au sens noble du terme et Ă  leur devoir de solidaritĂ©. A cet Ă©gard, la pĂ©tition est un vĂ©ritable acte de conscience et de solidaritĂ© .

  34. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur juillet 3, 2011 @ 9 h 08 min

    Je vous remercie de ce commentaire. La pĂ©tition nationale pour sauver le don d’ovocytes en France reflète chaque jour davantage le mĂ©contentement des couples concernĂ©s, de leur famille et de l’opinion publique choquĂ©e du manque d’intĂ©rĂŞt portĂ© par nos dĂ©cideurs politiques sur cette grave rupture de soins notamment par une injuste discrimination des Ă©quipes privĂ©es. Comment entendre les discours politiques rejetant les vieilles querelles idĂ©ologiques public-privĂ© dans l’exercice de la mĂ©decine et ce qui se passe pour le don d’ovocytes ! La carte (dĂ©partementale) de France des signataires est Ă©loquente, nos prochains parlementaires devraient y rĂ©flĂ©chir d’ici quelques mois . . . Continuons Ă  faire connaitre la pĂ©tition !

  35. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur septembre 19, 2011 @ 13 h 33 min

    Vous avez raison : c’est une question de semaine. J’attends de prĂ©cieuses informations complĂ©mentaires. Ce qu’il nous faut dĂ©jĂ  retenir, ce sont deux points positifs : l’Ă©largissement des donneuses Ă  des femmes majeures n’ayant pas encore eu de bĂ©bĂ© et l’autorisation de la vitrification ovocytaire permettant de conserver les ovocytes comme ceci se pratique courammentĂ  l’Ă©tranger et avec succès depuis au moins 2005 - un point très nĂ©gatif, le non Ă©largissement Ă  quelques Ă©quipes du secteur privĂ© du don d’ovocytes afin de favoriser une prise en charge compĂ©tente de proximitĂ©. La pĂ©tition nationale sur ce point doit continuer Ă  s’amplifier pour sensibiliser nos responsables politiques. Merci et Ă  bientĂ´t !

  36. nolwenni dit,

    Ecrire sur novembre 3, 2011 @ 12 h 39 min

    Bonjour,

    En attente d’un don d’ovocytes, j’essaye de sensibiliser un maximum sur les forums.
    J’ai aussi fait une lettre Ă  Carla Bruni Sarkozy en lui expliquant qu’en 25 ans, i y avait seulement eu 2 campagnes pour le don d’ovocyte. Je lui demandais en tant que maman et future maman (elle n’avait pas encore accouchĂ©)de promouvoir ce don et d’en parler.
    J’ai recu une rĂ©ponse toute faite de son secrĂ©taire indiquant que Mme Sarkozy ne pouvait rĂ©pondre favorablement Ă  me demande…
    Je ne sais comment faire pour sensibiliser un maximum de personnes.
    Il y a des émissions à la tv mais pas sur les principales chaines et du coup seules les personnes concernées comme vous et moi les regardons et on tourne en rond.
    Je continue Ă  poster mes petits messages sur les forums.
    Bonne chance Ă  vous dans ce combat.

  37. renoux dit,

    Ecrire sur mars 6, 2012 @ 11 h 02 min

    Bonjour,
    yant pu bĂ©nĂ©ficier d’un don d’ovocyte en France il y a quelques annĂ©es je me sens forcement concernĂ©e par cette pĂ©tition….mais j’ai l’impression que nous n’en n’avons que très peu entendu parler dans les mĂ©dias….dommage !

  38. POTIN FANY dit,

    Ecrire sur juillet 27, 2012 @ 19 h 10 min

    Bonjour Dc Montagut, j’envisage depuis quelques temps deja de faire partie de ces donneuses. J’ai lu qu’une pĂ©tition pour l’elargissement des equipes au secteur privĂ© est en place. Vu la date de votre message, je me permets de vous demander ou en est cette pĂ©tition? Et meme si le CHU le plus proche de chez moi est celui de Bordeaux, puis je me permettre au besoin de vous posez les quelques questions qui restent en suspend me concernant ? En vous remerciant !

  39. le guyader dit,

    Ecrire sur octobre 27, 2013 @ 18 h 37 min

    Professeur MONTAGUT,

    Pourriez-vous s’il vous plaĂ®t m’indiquer quelle procĂ©dure suivre pour un don d’ovocyte svp, je suis receveuse et souhaite savoir s’il faut s’adresser Ă  l’Ă©tranger ou s’il y a possibilitĂ© rapidement en France?
    Cordialement,

  40. Jacques Montagut dit,

    Ecrire sur novembre 2, 2013 @ 10 h 07 min

    Bonjour, depuis la loi de 2011 le don d’ovocytes en France a Ă©voluĂ© favorablement mĂŞme si nous sommes en droit d’exiger encore des amĂ©liorations de la part des autoritĂ©s de santĂ©.
    L’agence (ministĂ©rielle) de la biomĂ©decine diffuse sur son site Internet la liste des centres autorisĂ©s Ă  pratiquer le don d’ovocytes en France.
    Pour ce qui concerne notre Ă©quipe, vous avez la possibilitĂ© de me contacter directement Ă  travers l’Ă©cran d’accueil du site Internet de notre institut : http://www.ifiv.fr
    Sachez qu’aujourd’hui l’assurance-maladie prend en charge les frais mĂ©dicaux de la donneuse d’ovocytes et qu’un certain nombre de frais complĂ©mentaires sont pris en charge par les Ă©quipes elles-mĂŞmes.
    Nous sommes en attente d’un dĂ©cret d’application concernant les donneuses sans enfant, reconnu pourtant par la loi depuis 2011…
    Pour les receveuses, la procĂ©dure est simple : il suffit de contacter le centre le plus proche de votre domicile en leur demandant s’ils sont en activitĂ© et quel est leur dĂ©lai d’attente.
    Un certain nombre d’Ă©quipes sont performantes en France. Elles garantissent le respect des valeurs Ă©thiques inscrites dans notre droit notamment la non commercialitĂ© du don d’ovocytes.
    Bien Ă  vous.

Commentaire RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Nom: (Requis)

E-mail : (Requis)

Website:

Commentaire: